Comment faire un jardin autonome ?

Si vous avez envie d’avoir votre petit coin jardin, c’est possible. Mieux, il existe de nombreux types de jardins que vous pourriez essayer. Au rang de ces derniers, il y a le jardin autonome. Il s’agit en fait d’un potager en permaculture, très indiqué en ce sens qu’il ne vous bouffera pas tout votre temps libre. En effet, le jardin autonome est conçu dans le but de rendre votre espace jardin très indépendant. Ceci, en recréant les mouvements de la nature sans contraindre les plants à adopter un régime artificiel. Nous vous disons tout le jardin autonome et comment faire le vôtre.

Les différents types de jardins autonomes

De nombreuses formes de jardins autonomes existent. Chaque type comporte ses atouts et ses failles. Voici un aperçu des jardins les plus usuels que vous pourriez adopter.

Le jardin hydroponique, l’eau comme moteur

Vous pouvez avoir affaire au jardin hydroponique. C’est un modèle de jardinage qui a recours à l’eau ainsi qu’à des ajouts minéraux en lieu et place de la terre pour faire croître les plants, fruits et légumes. Ainsi donc, les racines des différents plants ne sont pas enfouies dans le sol mais plutôt dans une solution ou une matière essentielle à leur survie.

Le jardin aquaponique, la prime aux techniques naturelles

Système de culture alimentaire, le jardin aquaponique assure la croissance de fruits et légumes sans avoir recours aux fertilisants. Vous pouvez aussi assurer la croissance de poissons dans une eau purifiée de façon naturelle. Autrement dit, il est question d’un mélange entre deux techniques propres. D’abord l’hydroponie qui est la culture de plantes en extérieur. Ensuite l’aquaculture, qui symbolise la production d’animaux ou de légumes dans un univers aquatique.

Le jardin terrestre, le mode courant

Lorsque le mode de culture est classique, on parle d’un jardin terrestre. Ici, il s’agit d’aligner les plants sur une surface de terre préparée pour la circonstance.

Le jardin suspendu, la solution au manque d’espace

Face au manque d’espace pour votre jardin extérieur, il y a une alternative. Le jardin suspendu se pose comme solution car il permet d’accroître la variété de vos plantes. A titre d’exemple, vous pourrez créer pour vos petits fruitiers, un mur végétal.

Par quel processus peut-on créer un jardin autonome ?

Il y a de nombreuses techniques pour la création d’un jardin autonome. Néanmoins, dans un quelconque cas, la solution pour réussir consiste à choisir les bonnes plantes. Ensuite, il faudra les disposer comme il se doit. Dès que vous aurez respecté ces principes, vous aurez assez vite un jardin exubérant qui décorera votre espace extérieur tout en abreuvant votre famille de fruits et légumes frais. Facile d’entretien, les jardins autonomes sont une solution parfaite pour peu que vous disposiez des bons outils et de la bonne technique.

S’assurer de ce qui vous attire et vous motive

Plusieurs motivations peuvent expliquer votre besoin de jardin autonome. Il peut s’agir d’un besoin de cultiver soi-même ce qu’on mange ou encore pour adopter une alimentation bio et plus saine. Si vous êtes dans l’un ou l’autre de ces deux cas, la première chose à faire est d’établir une liste de vos besoins et goûts en légumes. Vous devez aussi tenir compte du temps dont vous disposez afin de prendre soin de votre jardin. 

Concernant le budget, vous ne devriez pas dépenser plus que de raison, surtout lorsque vous ne disposez que de quelques heures le week-end. Pour toutes ces raisons, il est important de bien cerner vos besoins et objectifs avant de vous lancer dans un projet de jardin autonome.

S’assurer de la bonne dimension avant d’installer le jardin

La première étape afin d’arriver au jardin autonome, c’est de retenir la bonne dimension dont vous avez besoin. Lorsque l’espace dont vous disposez est assez réduit, la possibilité d’avoir beaucoup de plantes est quasi nulle. Il vous sera alors difficile de conserver un équilibre entre les multiples éléments. Aussi, lorsque vous disposez de trop d’espace, il vous sera très compliqué de gérer la multitudes de plantes dont vous disposez et de les faire croître comme il se doit. Il faut toutefois que votre jardin soit grand. 

De cette façon, vous aurez la possibilité d’y planter de nombreuses espèces, d’y créer un écosystème équilibré et de vous en occuper parfaitement. Lorsque vous optez pour différents types de plantes, vous avez la possibilité de très bien tenir l’écosystème. De quoi empêcher certaines plantes d’occuper un peu trop d’espace.

L’aménagement du sol de votre jardin autonome

Pour un jardin autonome, le sol est sans doute l’une des données les plus essentielles. Riche en nutriments, le sol doit aussi être bien drainé afin que les plantes puissent grandir comme il se doit. Il vous faut aussi opter pour des plantes qui correspondent au sol et au climat. De quoi vous permettre de mettre sur pied un environnement idoine au développement des plants. Opter pour le bon type de sol est donc important, tout comme le fait de bien préparer ce dernier afin d’installer votre jardin autonome. 

Lorsque ce dernier est en pente, il est important de mettre sur pied un escalier ou une terrasse. Objectifs, pouvoir accéder facilement aux différents niveaux. Aussi cela permettra-t-il de parfaire le drainage du sol et d’aérer la terre. Des matériaux naturels peuvent servir pour cela. Il s’agit entre autres des pierres ou encore des branchages. Dès que le sol est aménagé, vous pourrez démarrer la plantation des diverses plantes que vous jugez nécessaires pour votre jardin autonome.

Procéder au choix des meilleurs légumes  

Au regard de la multitude de légumes qui existent, de nombreuses pousses poussent facilement et sont aisées d’entretien. A ce titre, on peut citer les tomates, les aubergines, les poivrons, les courgettes. Des légumes qui sont simples à cultiver et qui croissent sans beaucoup d’entretien.

Planter les graines et semis

Après avoir apprêté votre sol, vous pouvez dès cet instant démarrer la semence des graines ou la plantation des semis. Sachez que quelques plantes requièrent de bonnes méthodes afin de grandir comme il se doit. La meilleure solution est de planter les semences quand le temps est clément, doux et ensoleillé. De quoi favoriser la germination rapide des graines pour donner des plantes plus robustes.

Vous l’aurez compris, le jardin autonome est une solution pratique. En l’adoptant vous pourrez cultiver tout ce dont vous avez besoin chez vous et surtout avoir des aliments bios. Vous savez désormais tout le processus pour faire votre propre jardin autonome, pour faire profiter votre petite famille ainsi que vos amis.